Thomas the train is a tough motherfucka

Publié le par kikikentucky

Si ça s'trouve vous connaissez même pas Thomas le train ... dans l'doute, laissez-moi vous peindre le tableau.

Thomas est un train.
Son identité c'est sa fonction. Et vice-versa.
Un train c'est con, ça bosse comme un con.
Un chargement de charbon, un de bestiaux, un de cons, et tchou tchou les aller et retour.
Pas de vie sociale, sexuelle ou culturelle.

Pourtant Thomas est un héros. Le héros d'une série d'animation à bas budget née dans l'angleterre Thatcheriste des années 80.

Vu son état civil, facile de comprendre que Thomas est une apologie directe du travail, et même du labeur, il ne transporte pas que des gros cons de playmobils souriants, il transporte également et même principalement les valeurs conservatrices les plus obsolètes direct vers nos chères têtes blondes.
Thomas le train n'a pas de vie, il a un travail. Toutes ses aventures s'articulent autour de problématiques directement liées à sa tache, et il les résout exactement comme le ferait le plus servile des employés lèche pompes.

En tant qu'outil de propagande patronale destiné à transformer nos mômes en ouvriers décérébrés, Thomas mérite de rouiller.
En tant qu'objet d'un marketing outrancier destiné à essorer les dollars durement gagnés des familles magnanimement considérées "middle class", je lui chie dans ses fourneaux.

En tant que père de deux enfants, je me dois cependant de mettre de coté mes discours parano-crypto-anarchistes.
Merci Thomas.

On a passé toute la journée à New Haven, au musée des chemins de fer du Kentucky qui accueillait temporairement THomas le train. Les enfants sont excités comme des puces depuis deux jours, et le paroxysme a été atteint dans la queue pour monter à bord du tâcheron à vapeur.

Ah oui, mais alors Kiki, un peu facile de mettre de coté son réalisme social et de finalement exposer ses mômes aux rayons X de la propagande Bushiste.
Ben ouais, mais et d'une, avant de faire rentrer quoi que ce soit dans la caboche d'Owen (3 ans), Thomas il peut s'la mettre sous le bras, et puis si la locomotive béate peut faire comprendre à mon rejeton qu'on fait caca dans les toilettes même quand on est seul avec papa ... bravo thomas, parce que nettoyer un tas de daube fumant au milieu du parquet après que la peste m'ait fièrement annoncé "j'ai fait caca par terre, je peux avoir un bonbon ?" ... Merci bien.
Et de deux, j'ai pas tout dit sur Thomas, ce con n'a que six expressions faciales, chacune très exagérée, par conséquent, il rencontre un gros succès chez les enfants autistes qui décryptent facilement ses émotions, et du coup, Thomas est un outil éducatif performant pour mon Jonas (5 ans).

Et puis bon, la lutte des classes ça va 5 minutes mais franchement devant le bonheur de Jonas qui va se coucher avec son nouveau livre "Thomas" et l'extase d'Owen qui admire inlassablement ma faculté à souffler dans un authentique sifflet de train en bois, Karl Marx, Proudhon et Arlette réunis font pas l'poids.



Publié dans Mecanique

Commenter cet article

mymy 06/07/2008 03:25

1 caca = 1 bonbon ? interessant....moi aussi j'aime bien cet article et pour commenter ce que tu as dit dans un autre, je te souhaite tout le bonheur du monde, comme le dit la chanson. 

kikikentucky 04/07/2008 06:47

Merci mymy, ca fait d'autant plaisir que j'aime bien cet article que personne avant toi n'a cru bon de commenterla cacamanie de spiderman s'est heureusement calmee, apres avoir seme 3 ou 4 etrons dans les endroits les plus insolites, il se rabat finalement sur les traditionelles toilettes, histoire d'assurer son bonbon (on lui file un gummy bear vu qu'il est en phase d'apprentissage)

mymy 04/07/2008 04:47

Ca faisait deux semaines qu'on ne te lisait plus (vacances) et quand je lis ca, je me rends compte que ca me manquait ! Bon courage avec ton jeune caqueur fou !