Pop tarts story (part 2)

Publié le par kikikentucky

... 17H11, ils pensaient me prendre de vitesse, il fallait agir , et vite. Faisant fi du danger, j'enclenchais l'unique vitesse de la kikimobile avec le Krogger de Dixie Highway en ligne de mire. Mes yeux rives sur le retro et brulants de sueur froide, je me parquais sur l'aire de stationnement avec la conviction de ne pas avoir ete suivi ... Il me restait peut etre une chance. Aussitot apres avoir siffle une nouvelle rasade de Jack Daniels et chausse mon appareil photo, je me faufilais a l'interieur du grand magasin, affectant l'air degage du chaland landa.
Arrive au rayon cookies, la valse des biscuit reprit de plus belle, m'entrainant dans un tourbillon d'angoisse avec une musique de Francois Feldman en soundtrack "
Maintenant que deviennent Que deviennent les valses de Vienne ? Dis-moi qu'est-ce que t'as fait Pendant ces années ?". Heureusement que mes neurones etaient pas amplifies, la scene etait passablement ridicule ...
Scriiitch, Francois Feldman prit brutalement la tangente pour laisser place a mon radar interne en mode vermillon.
J'avise un chinois gigantesque et tatoue, habilement deguise en employe Krogger. Merde, les triades s'en melaient... Cette fois-ci je pris les devants et lui lachai tout de go :
-
Je cherche les pop tarts, vous savez ou elles sont ?
- Dans le rayon juste a cote
Puis il murmura distinctement et en francais :
-
Nous savons ce que vous faites Monsieur Kentucky, vous devriez laisser tomber avant qu'il ne vous arrive des problemes.
Bordel de Dieu, l'erreur n'etait pas possible, ce lourd accent vieillot un peu risible le trahissait, c'etait un yakuza du grand nord : La filiere canadienne ! Dans mes pires cauchemars je n'avais envisage d'en decoudre avec ces betes sanguinaires ivres de sang et de drogues douces.
Je serrais imperceptiblement les dents et m'astreins a la plus complete impassabilite, s'il lisait la peur dans mes yeux c'en etait fini de moi. Il fallait que ma replique soit rapide breve et decisive.
-
C'est celui qui dit qu'y est... Lui lancais-je insolement en tapotant la bosse que mon Canon faisait sous mon anorak (apres tout le primitif n'etait pas cense savoir que mon canon etait numerique a defaut d'etre a calibre 39mm).
Puis je lui tournai resolument le dos en pensant a la Gueuze qui pour m'avoir fourre dans ce guepier voyait son devis s'allonger d'une caisse de baron de Lestac.
J'atteins enfin la felicite, le rayon breakfast debordait litteralement de pop tarts aux aromes multiples. Obliterant ma peur, je me saisis de 4 boites, un peu au hasard et me dirigeais aussi lentement que la panique me le permettait vers la caisse "self service" ou l'absence de personnel constituait une aubaine au meme titre que la fente de reglement cash ... pas de traces, pas con l'kiki.
Un dernier coup d'oeil au gorille sino-quebecois qui ne trompe personne en achaladant des cartons de pizza surgelee et hop, je franchis la triple porte automatique, vivant et avec 4 paquets de 8 pop-tarts sous le bras ... Le Graal.
Le retour s'effectue en trombe et en apesanteur, 17H34, je gare la kikimobile devant mon home sweet home, et apres avoir gratte mon nom sur la boite aux lettres et sous la sonnerie (JAMAIS ILS NE ME RETROUVERONT), je franchis le perron avec la douce fierete de la mission accomplie.
Vient enfin le moment fatidique de la degustation, en detaillant les paquets, je me rends compte que les pop tarts sont ainsi nommees parce qu'il convient de les mettre au toaster avant degustation, et que bien sur un toaster, quand c'est pret, ben ca "pop up" la tarte ... finot ... Je commence par le parfum apple strudel ,le gout du fourrage rappelle un peu celui de ma fameuse tarte tatin, a part une concentration en sucre incroyable, des la premiere bouchee, mes dents crient a l'aide. Le sucre permet de rajouter de la saveur sans pour autant rajouter de matiere, la pellicule de "pomme" est fine a en faire pitie, mais agresse les papilles comme une poignee de doritos fiery habanero. La tarte  a le gout de rien du tout de tres bon, un habillage en carton.
Chocolate chip et S'mores sont du meme acabit, quoi que moins feroces en sucres ajoutes.
Le parfum cerise est encore celui qui s'en sort le mieux, peut etre parce que lui est "a base de vrais fruits" et non a base de fruits en plastique comme c'est souvent le cas de ce cote ci de l'atlantique. Honnetement, risquer sa vie pour cette merde, faut bien etre un gros con de journaliste freelance, La Gueuze va entendre parler du pays.
Delaissant mes 4 paquets de merdasse a la cereale complete, je fis neanmoins deux heureux, a ma grande surprise, l'affreux Jojo et Owie la peste, mes deux fideles comperes de toujours, adorent devorer ce breakfast industriel, jusqu'a zapper l'etape essentielle du toaster ... Et en quelques jours il ne me restait plus rien des pop tarts ormis un paiement liquide qui tardait a arriver et une poignee de feroces ennemis au Canada.

VERSION BD ICI



Publié dans Gastronomie

Commenter cet article

Alain 15/02/2007 18:09

Je l'avais bien dit que c'était infâme ces pop-tarts.Jamais on ne m'écoute!berk berk berk

Grandébile 09/02/2007 12:04

Bon !
C'est quand le prochain billet ? Qu'est-ce que tu vas nous sortir comme excuse pourrie à ta fainéantise cette fois ?
GD

La Gueuze 27/01/2007 16:41

Bon, va pour le Baron de Lestac, même si on ne peut que déplorer l'absence criante de la Barbie flavour dans ton enquête... Le règlement sera effectué lors de ton prochain passage dans notre joyeuse contrée, bien sur.Sinon, l'origine de mon obsession se trouve ici même www.tetesaclaques.tv, sous la vignette des deux mômes au nez rouge. Et il y a fort à parier que l'afflux de canadiens ne soit pas étranger à cette video.En tout cas merci, bravo M'sieur Kiki et la bise à Madame et aux deux compères ;-) (cette sinistre aventure aura au moins fait des heureux).La Gueuze

adem 26/01/2007 17:18

si vous voulez..vous vous vous..

adem 26/01/2007 17:17

perdu de vue