Pop tarts story (part 1)

Publié le par kikikentucky

Prologue : A ceux qui doutent encore de l'authenticite de mes articles, vous retrouverez un condense de mon entretien avec la gueuze dans les commentaires de cet article, et pour preuve ultime, une photo de la gueuze.

Un vent froid soufflait sur le bassin de l'Ohio, bon dieu, c'etait un temps propice aux embrouilles, ca sentait le macchab et l'alcool frelate et mes articulations grincaient, me rappelant de vieilles blessures et m'en promettant de nouvelles.
Tournant le dos au passe, j'avais gribouille depuis peu sur ma porte "journaliste d'investigation freelance", c'etait moins classe que "detective prive", mais en insistant, j'aurais fini par etre prive de vie alors ... Journaliste c'etait dans mes cordes, le truc pepere, il me restait plus qu'a epouser une pharmacienne et me v'la range du bon cote de la barriere, celui ou l'on survit, inconscient de la pourriture environnante.
Je poussais la porte de mon bureau, motive pour une nouvelle journee passee a parler avec le chat en attendant le client qui decidement se faisait rare.
-
J'ai plus de quoi te nourrir Rex (ben ouais, le chat s'appelait Rex), si ca continue j'vais meme etre oblige de te bouffer.
-
Je peux repasser plus tard si vous voulez
Merde, une cliente, elle m'avait suivi de pres, j'avais rien capte. La rouille faisait son travail, plus bon a rien l'kikikentucky.
-
Je vous en prie, prenez un siege, Madame ...
- La gueuze, la gueuze de la jonquiere, mademoiselle.
Ses grands yeux bleus contrastaient etrangement avec sa chevelure corbeau, la trentaine, plutot classe, je m'demandais quel coup tordu du destin l'avait pousse dans mon bureau decrepi.
-
Qu'est-ce qui vous amene Mademoiselle de la jonquiere ?
- Les pop tarts
Soit elle se foutait de ma gueule, soit elle avait du culot, un sacre culot meme. S'en prendre aux pop tarts c'etait s'en prendre a la fois aux multinationales de l'agro alimentaire et aux mafieux de la grande distribution.
-
Rien que ca ?
- Oui
- Et pourquoi les pop tarts ?
- Je sais pas, ca me rend curieuse ...
- Un article sur les pop tarts, ca va vous couter bonbon
- J'ai de quoi payer ... Une bouteille de Ricard et deux de Picon, ca vous irait ?
Merde, enfin une grosse rentree de liquide
- Deux de chaque et je suis votre homme
- ok

Et voila, comme d'habitude les emmerdes avaient commencees par une conversation avec une grande brune. Elles finiront par avoir ma peau.
5.00 PM, le lendemain, au volant de la kikimobile, j'avais prevu de faire ma premier halte au "dollar general market", avec un peu de chance l'enquete s'arreterait la. Arme de mon appareil photo et d'une bonne dose de Jack Daniels, je penetrais dans la superette et me dirigeais droit vers le rayon "cookies".
Merde, pas de "pop tarts"
J'attrapais une violente suee, les cookies dansaient devant mes yeux, ca commencait mal.
Quelqu'un avait du les prevenir, ils avaient planque les pop tarts.
En bon professionel, je me fendais d'une photo du rayon et decidais de pousser mes recherches.
Bingo.
Ces rascals avaient precipitamment recase les pop tarts au rayon "Cereales - Breakfast", pas de doutes, ils etaient vicieux, organises et malins.
Seulement deux varietes, j'etais bon pour m'enfoncer un peu plus dans le bourbier de ce reportage que je sentais deja bien malsain, truffe de coups retors et potentiellement dangereux pour ma sante. Mon passe me courait apres equipe d'une bonne paire de Nike Air.
Clic-clac, une autre photo, j'etais deja plus a un risque pres.
Mon radar interne etait passe au rouge vif. J'etais surveille.
Rapidement, je bifurquais vers le rayon "hygiene -beaute" histoire de donner le change. Peine perdue, le gorille de la securite se dirigeait sur moi, la confrontation etait inevitable.
-Pour qui vous travaillez ?
Ben voyons, j'allais donner ma cliente au premier molosse venu.
- UPS.
- C'est pourquoi les photos ?
- Usage personnel, ca n'a rien a voir avec mon activite professionnelle.
- Je vais vous demander de laisser votre appareil en caisse.
Donkey Kong croyait au pere Noel ...
- C'est bon, je suis venu acheter du shampoing, je le prend et je m'en vais, ok ?
- Plus de photos ?
- non, non.
- Depechez vous alors.
Je l'avais echappe belle, et c'est au pas de course que je reglais les 2.20 $ du shampoing et me repliais vers la kikimobile, ticket de caisse en main. La gueuze allait casquer...

To be continued

Pour les plus retifs a la lecture, une version BD de cette enquete est disponible ici



Publié dans Gastronomie

Commenter cet article

kikikentucky 16/01/2007 11:14

T'exageres la gueuze, te retrouvee personifiee en femme fatale te fait perdre la boule ;), la suite est pour tres bientotAlain, je trouve ta remarque perfide, mais bon, ca ira pour ce coup ci de toutes facons personne lit les commentaires alors ...Et puis devoile pas la fin, tu tues le suspense

Alain 15/01/2007 18:05

Je sais pas ce que tu fumes mais ça a l'air balèze !!Sinon c'est dégueux les pop-tarts, mais les mômes aiment bien... comprends pas...

La Gueuze 15/01/2007 14:16

Excellent ! Tout ça me semble digne d'Un Privé a Babylone, je fais installer un anisoduc entre Lemercier et Louisville pour avoir la suite ;o)Quant à moi je continue mes recherches, pas de Pop Tarts à l'épicerie du Bon Marché. Dommage parce que si le cherry frosting tient ses promesses acidulées, ça devrait être quelque chose. Toutefois mon envoyée spéciale à Québec a déclaré après avoir gouté le chocolat : "c'est écoeurain"... A suivre donc...