Melody Nelson has red hair ...

Publié le par kikikentucky

Ca n'a rien à voir, mais j'm'en fous.
J'allais vous écrire un bel article sur le travail et la productivité ricaine, mais avouez qu'ca sonne chiant, alors à la place, j'vais continuer d'me foutre de la gueule à Dylan, sans même me fatiguer à le mentionner plus avant, juste en projetant une gigantesque ombre sur tout ce que cet escroc a pu écrire.

C'est grandeb qui, il y a quelques milliards d'années, ma fait découvrir Melody Nelson, et depuis, ce concept album, et plus particulièrement la chanson que je partage avec vous aujourd'hui, ne m'a jamais quitté.
Si je vous en parle, c'est que je viens de découvrir qu'Averty avait mis l'album complet en images, certes, c'est pas un chef d'oeuvre de réalisation, mais ça me permet de vous balancer une vidéo que vous visionnerez plus sûrement qu'un simple MP3.

Comme d'innombrables chef d'oeuvre, "Melody Nelson" est né en 1971, oeuvre à part dans la discographie gainsbourienne, c'est l'achèvement ultime d'un maître des mots et de la musique. Narrant la tragique histoire d'amour d'un quadra blasé, désabusé, pour une lolita pétillante, cet album est conçu pour s'écouter comme une histoire. Son échec commercial a été très mal vécu par Gainsbourg qui savait que ce disque représentait le "pic" de sa carrière.
Depuis, Melody est devenue une influence majeure pour de nombreux artistes

Quand je parlais de précision dans l'écriture, on est en plein dedans, le texte est ciselé au delà de l'entendement, rien à enlever à rajouter ou à modifier, c'est juste parfait, il suffit d'être attentif. Le disque fourmille de trouvailles et de figures de styles qui toutes se mettent au service de la narration, tout s'emboîte parfaitement, tout parait simple et fluide, alors que j'imagine a peine la somme colossale de travail qu'il a fallu pour aboutir a cet ovni musical.

La musique quand a elle est juste incroyable, hors du temps, et elle aussi, est entièrement au service de l'histoire.
L'habituel trio batterie / basse / guitare se feutre pour l'occasion, laissant à Gainsbourg le soin d'entraîner l'auditeur dans son romantisme noir, mais attention, ce son feutré ne fait que mettre en avant une incroyable composition, qui en harmonie totale avec le texte ne fera que vous immerger un peu plus en Melody Nelson. Chacun tient son rôle, la batterie métronome, avec un jeu d'une subtile intensité qui préfigure le son "jungle" vous tiendra bien assis, dans le siège arrière de la rolls, la basse,d'abord indolente et hypnotique, est le coeur du narrateur et vous fera vibrer au rythme de la tragédie. La guitare enfin, comme venue d'ailleurs, ponctue le récit de riffs hallucinant, tous en parfait accord avec le fil du texte.

Mais il y a mieux, il y a l'orchestration de Jean-Claude Vannier.
Les cordes sont la moelle épinière de l'oeuvre. Ce sont elles qui vous attrapent directement par la colonne vertébrale, qui vous retournent comme une crêpe, qui abattent vos dernières défenses et vous rendent amoureux, vous aussi, de Melody, Melody Nelson.

 



Commenter cet article

kikikentucky 11/09/2008 04:13

T'ain, si j'avais les moyens de m'offrir le billet d'avion ce serait sans problemes, meme la discussion relou sur dylan :)Tu me manques aussi(J'allais signer petit debile, mais ca fait PD :(  )

grandeb 08/09/2008 16:52

Gainsbourg donne un concert à l'Olympia le 23 octobre prochain. Prends toi un billet pas cher et ramène ta gueule à Paris.Pis on ira au bistrot et on reparlera de Bob Dylan si tu veux.GD

kikikentucky 08/09/2008 02:39

ben faut suivre un peu, mon mail il est failure a cause que le fbi est a mes trousses, avec les men in black aussi, et puis mulder et scully, et meme fringe, alors je ruse.mon vrai mail c'est opensec-at-yahoo.frBien sur la ruse c'est que tu remplaces le -at- par @mais tu peux pas comprendre, c'est tout de l'americain.ah dernier truc a savoir, tous mes leteurs debiles sont fiches sur edvige, j'espere ca te causera pas trop de tracas au niveau de la torture.reviens quand tu veux.

kiff ta race 07/09/2008 22:10

voilà ayé j'ai fini mes vacancesc'est toujours aussi naze icisurtout que j'ai du me taper tout mon retard. A d'ailleurs avant de partir j'avais eu l'idée folle de t'envoyer ma tronche pour embellir ta galereide lectuer débiles, mais le mail a failuré.Alors c'est quoi ces conneries!

jlm 02/09/2008 08:29

Excellent en effet, le grand Serge me manque parfois.Il y a peu de temps j'ai découvert une interprétation de "la chanson de prévert" par une américaine, April Marsh. ça m'a foutu un coup de blues parceque et d'un elle chante ce morceau comme il faut, une version que n'aurait pas renié Gainsbourg, et ensuite parce que je me suis souvenu de sa voix à lui quand il la chantait....Quand je pense qu'à une époque on avait Gainsbourg, Coluche et Choron, rha, ça avait de la gueule !